Tours FC : et maintenant ?

En faisant un match nul (2-2) face à Cholet, le Tours FC a signé sa relégation sportive.

(Photo Romain Gibier -NR)

Le couperet est finalement tombé vendredi : en ne parvenant qu’à un match nul face à Cholet, le Tours FC est donc relégué en National 2.

Des résultats qui n’ont pas fini de faire réagir. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les supporters qui ont montré leur déception.

Mais le maire de Tours, Christophe Bouchet (également président de l’OM fut un temps), a également parlé, dans les colonnes de la NR, de « cauchemar » et « d’échec total », rappelant que le club n’était « pas bien installé dans son territoire », reprochant à Jean-Marc Ettori sa gestion hors-sol du Tours FC.

Avec cette descente en N2, les Tourangeaux perdraient aussi leur statut pro. Fini, donc, les recettes liées aux droits TV et le centre de formation. Reste à voir désormais comment le club se relèvera.

Et, question sur toutes les lèvres, ce que fera Jean-Marc Ettori ?
Le soir du match, il avait lancé « C’est la fin d’une histoire »… tout en qualifiant ses joueurs de « petits jeunes, de starlettes, de princesses ». Le dernier tacle ?

Haut de la rue Nationale : épisode 9438

Le maire de la Ville a décidé de remettre à plat le projet du haut de la rue Nationale.

porte-de-mer

C’est qu’on s’y habituerait presque, aux palissades du haut de la rue Nationale…
Le lieu, rebaptisé « Porte de Loire » n’est toujours qu’un trou béant, là où deux hôtels de luxe Hilton étaient censés pousser comme des champignons.

Sauf que… le maire, Christophe Bouchet, a récemment annoncé la « remise à plat du projet ». Les travaux n’ont en effet toujours pas commencé, au grand dam de la municipalité, de l’opposition, mais aussi des commerçants et des habitants. Ce projet d’ampleur mais pavé d’embûches, qui fait désormais figure de serpent de mer, a fini par s’enliser. Le maire de Tours est donc bien décidé à reprendre les choses en main.

Nouvelles ambitions, donc, pour Christophe Bouchet qui souhaiterait conserver un hôtel dans l’affaire, « mais plutôt un 5 étoiles » (oublions donc les 3 et 4 étoiles prévus au départ) et aimerait élargir le périmètre du projet. Pour le moment, aucun calendrier n’est évidemment avancé, le maire préférant prendre le temps de la réflexion pour ne pas précipiter les choses.
Vivement l’épisode 9439 !

Tours : l’élection qui divise

C’est ce mardi 17 octobre que doit être désigné le nouveau maire de Tours… pour une élection qui aura été on ne peut plus singulière !

bouchet-tram-vieux

Sa démission a fait causer et grogner. Mais c’est un fait : Serge Babary n’est plus maire de Tours. Sauf que l’élection de son successeur, ce mardi 17 octobre à 18 h (*), risque de laisser un goût amer à beaucoup.

La tension est présente du côté de la majorité et nombreux sont les Tourangeaux qui estiment cette élection illégitime.
D’une part parce qu’ils auraient souhaité repasser aux urnes pour désigner leur nouveau maire (ce qui n’arriverait qu’en cas de dissolution du conseil municipal).
D’autre part parce que la majorité a voté pour son favori, Christophe Bouchet, d’une manière rocambolesque : l’adjoint au rayonnement, qui était à égalité avec l’adjoint au sport Xavier Dateu, a été choisi au bénéfice de l’âge ! Lequel a annoncé, lundi dans un ultime rebondissement… qu’il se présenterait finalement lui aussi !

En dehors de ce psychodrame, le prochain maire devra redéfinir la stratégie politique de la Ville et faire face au poids de la Métropole. En outre, il devra se charger de reprendre en main les projets laissés par Babary et repositionner Tours politiquement. Bref, convaincre des électeurs qui n’ont pas pu voter.

(*) le bouclage de tmv étant réalisé le lundi soir, nous ne pouvons communiquer le résultat final dans la version papier.