Blues Pills : vibe retro à Aucard de Tours

Ce mardi soir, le groupe Blues Pills investit Aucard de Tours. Leur blues rock psychédélique cartonne dans le monde. Avant leur passage sur scène, tmv a pu s’entretenir avec Zack Anderson, bassiste et fondateur du groupe

Blues Pills

Il a l’allure tranquille, le sourire aux lèvres et une poignée de main vigoureuse en saluant son interlocuteur. Zack Anderson est arrivé tout à l’heure sur la plaine de la Gloriette, à Tours, avec son groupe. Le Suédois remercie chaleureusement quand on lui souhaite la bienvenue. Une sincérité qu’on retrouve dans sa musique, Blues Pills.
Au départ, l’homme faisait partie de la section rythmique de Radio Moscow avec son demi-frère Corry Berry. En 2011, ils rencontrent la talentueuse Elin Larsson. Dans la foulée, ils recrutent Dorian Sourriaux, un frenchie, un as de la guitare, âgé seulement de… 16 ans à l’époque ! « Son jeune âge m’a surpris évidemment. Mais quand il a commencé à jouer… ouaw… C’était un gosse qui ne parlait pas bien anglais et encore moins suédois. Mais il jouait comme un fou », sourit Zack. Blues Pills était né.

Blues Pills, c’est un mélange, un univers. Il y a du blues, du rock, du psyché. C’est beau et bon. Pour la tête et les oreilles. Les riffs ensorcellent. Comme la voix incroyable d’Elin. On la compare souvent à Janis Joplin. « Elle apporte beaucoup d’idées, pas seulement vocales, mais aussi musicales. On compose ensemble », précise Zack.
Et puis un jour, un EP sorti de nulle part. Et deux albums. De quoi les propulser sur le devant de la scène, à jouer partout dans le monde. Capable de jouer dans un festival comme Aucard, où les styles et les genres différents s’enchaînent, comme d’investir les planches de la scène principale du Hellfest, en 2014. Il était 11 heures du mat’, et tmv y était. Scotchés devant la grosse leçon de rock envoyée à la face d’un public gigantesque malgré l’heure et les litres de bière collés dans les yeux. « C’était vraiment l’une des plus grosses audiences de notre vie. Si ce n’est LA plus importante. On était surexcités, mais quelle pression… ! »

Blues Pills, au Hellfest 2014 (photo tmv)
Blues Pills, au Hellfest 2014 (photo tmv)

Cette capacité à plaire à tous les publics, Blues Pills la doit à sa savante mixture. « Ce mélange de blues et de heavy rend notre musique accessible », confirme le bassiste. « On veut faire du rock, transmettre cette énergie, peu importe le public. » Zack le dit lui-même, Blues Pills « n’est pas assez heavy pour certains et pour d’autres c’est trop soft ». Sans compter que le groupe a signé sur Nuclear Blast, un label allemand, le géant de la musique… metal, justement ! Étonnant vu le style pratiqué. Ainsi, lors des concerts de Blues Pills, le métalleux côtoie le fan de pop, de blues ou autres musiques 60s. Bref, l’amateur de Musique avec un grand M.

Ce mardi 13 juin au soir, ce sera sûrement ça aussi. À 20 h 45, Blues Pills dégainera son set. « La France est notre second plus gros marché après l’Allemagne. Et on adore le pays. » Habitués des concerts dans l’Hexagone, Blues Pills fera face, pour la première fois, au public tourangeau. Préparez-vous à un savoureux voyage dans le temps.

Aurélien Germain

> Toute la programmation d’Aucard de Tours, c’est par ici !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=g6p2R8jaUW0[/youtube]

Chroniques culture #56

Chaque semaine, notre avis sur les sorties dvd, cd, jeu vidéo, bd. Cette semaine, on se la joue un peu mauvais genre…

 

LE JEU VIDÉO
ZOMBIE ARMY TRILOGY
Si The Walking Dead est votre série TV préférée, laissez-vous séduire par Zombie Army Trilogy, une uchronie signée Rebellion sur fond de Seconde Guerre mondiale et d’armée nazie revenue d’entre les morts. Désormais disponible sur PS4 et Xbox One, cette version revisitée des Sniper Elite vous propose de dessouder du zombie à tour de bras. C’est daté graphiquement, gore et politiquement incorrect, mais qu’est-ce que ça défoule !
L. Soon
> Sur PS4 et Xbox One, 50 €. Existe aussi sur PC via Steam.

LE DVD
THE ABCS OF DEATH 2
Imaginez la bête : 26 lettres, 26 manières de mourir, 26 réalisateurs. Le genre d’anthologie complètement fendard, à mi-chemin entre l’horreur, le glauque, le gore et le fun. Si le premier volet enquillait les sketchs de qualité, force est de constater que le second opus surprend moins et contient son lot de loupés. Une fois n’est pas coutume, c’est du côté asiatique qu’il faudra lorgner pour se faire plaisir. En revanche, côté bonus et suppléments, il faudra repasser : c’est le désert total.
A.G.

LE CD
BLUES PILLS – LIVE
On glisse le CD. Play. La foule. La grosse gratte vintage qui commence High Class Woman, et cette voix, éraillée, magnifique, façon Janis Joplin. Et puis les dix titres (déjà cultes) de Blues Pills s’enchaînent. Le jeune quartette franco-américano- suédois (ouais, rien que ça) balance des bijoux gorgés de feeling, de groove, passant du blues mélancolique au vieux rock psyché. Son optimal, mais rétro, à l’image du groupe. Les gens de bon goût se rueront sur la version vinyle de toute beauté. On dit ça…

LA BD
JUNIORS
Un ex-Tourangeau au scénar’, un fan de rock au dessin, des allusions au groupe Dinosaur Junior et à Tours… de quoi attirer l’attention. Et bingo ! Cette BD pleine d’humour (noir !) est vraiment touchante. Car cette histoire d’ados confrontés au suicide, aux réseaux sociaux, à la pression familiale et scolaire, est ici sublimée par une vision à la fois féroce et tendre et un art du récit incroyable. Et puis cette conclusion : le rock reste le dernier rempart pour sauver l’amour et le monde.
Hervé Bourit