Le Grand Repas revient dans la Région

Le Grand Repas revient le 18 octobre. L’occasion pour les citoyens de tous horizons et de toutes les générations de partager le même menu, quel que soit son mode de restauration habituel.

table-repas

À vos couverts et à vos assiettes ! Le « Grand Repas » remet le couvert cette année : ce rendez-vous gastronomique a lieu le jeudi 18 octobre et attend près de 150 000 convives qui partageront le même menu dans la Région (et pour la première fois, il sera exporté à Paris, pour 10 000 scolaires).

L’objectif est de servir la même chose à un maximum de personnes, que ce soient dans les restaurants traditionnels que dans les écoles, en passant par les maisons de retraite, les cantines d’entreprises et hôpitaux…
Par ailleurs, des bénéficiaires d’associations, à l’instar de la Banque alimentaire, se retrouveront à la mairie de Tours pour en profiter également.

Le but, aussi, est de promouvoir les circuits courts et les produits de saison, l’éducation au goût et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Supervisé par le chef Rémy Giraud, le menu 2018 proposera un butternut façon crumble aux saveurs d’automne, chou à l’effiloché de volaille à la chinonaise, faisselle au coulis d’herbe fraîche et crostini, douceur aux châtaignes et citron confit.

VIH : les chiffres en région Centre

Les chiffres du VIH en région ont été publiés. Les instances en charge rappellent également l’existence d’une « épidémie cachée ».

VIH

Récemment, les CeGIDD (Centres de dépistage du VIH, des hépatites et infections sexuellement transmissibles) de la région Centre-Val de Loire ont tenu leur journée professionnelle annuelle, afin de faire un point sur l’épidémiologie du VIH.

En Région Centre, 2 847 patients (dont 18 % ont plus de 60 ans) étaient suivis pour une infection par le VIH pour l’année 2017. C’est une hausse de 6,7 %.

Il est également à noter que 101 nouveaux patients ont été dépistés durant cette année. « Ce sont majoritairement des personnes originaires d’Afrique Subsaharienne (44 %) et des homosexuels (26 %) », précisent, dans un communiqué, le CHU de Tours et le COREVIH (Coordination Régionale contre le VIH).

Pour autant, ces deux instances rappellent l’existence d’une « épidémie cachée » du Sida.
En effet, près de 850 patients ignorent leur séropositivité en région Centre, soit 22 % des patients. « Un chiffre particulièrement élevé au vu de la taille du COREVIH. »
Le département de l’Indre-et-Loire est le plus affecté : 391 personnes ne savent pas qu’elles sont porteuses du VIH.

>> Contact : CeGIDD de Tours