Mariage pour tous : "Nous rentrons dans la normalité"

Samuel Meens représente David et Jonathan à Tours, une association issue du mouvement homosexuel chrétien.

DOSS_PAP2_PORTRAITUn an après le passage de la loi du Mariage pour tous, qu’est-ce qui a changé ?
Déjà, la France existe toujours, il n’y a pas eu de cataclysme comme certains l’ont prédit (rires) ! Là, nous sommes rentrés dans une phase de digestion, de cicatrisation. Nous sommes heureux de ne plus avoir de débat sur le mariage homo. Mais surtout, nous sommes heureux de cette victoire. C’est une révolution, une avancée sociétale. Nous sommes rentrés dans la normalité, dans l’ordre des choses. Aujourd’hui, c’est comme si nous étions en sortie de noces. Comme si nous avions fait la fête mais qu’il fallait maintenant dessoûler. Parce que la question, c’est de savoir comment nous allons bonifier ce que nous avons gagné.
Notamment dans l’Église ?
Oui, David et Jonathan souhaite faire bouger les églises. Je crois que c’est le cas, au moins en off. Le Mariage pour tous coïncide avec l’arrivée du Pape François. Ce n’est pas demain que les homos pourront se marier à l’église. Mais c’est la première fois que Rome se demande comment nous pouvons faire partie de l’Église.
Ce Mariage pour tous a été aussi très contesté, comment avez-vous vécu la violence des protestations ?
Avec beaucoup de douleur. J’ai aujourd’hui un autre regard sur la société. Je n’avais jamais été touché à ce point par la violence de la phobie, de la bêtise humaine qui cherche à rejeter l’autre. Ce qui m’effraie maintenant, c’est qu’il reste des personnes sur cette dynamique nauséabonde. Pour moi, leur réaction, c’est de l’anti-France. Cette victoire ne s’est pas faite sans douleur. Et puis, en parlant d’égalité, le compte n’y est pas.
Vous voulez parler de la Procréation Médicalement assistée et de la Gestation pour autrui ?
David et Jonathan n’a pas donné sa position officielle pour l’instant. L’association a un débat interne et prend le temps avant de se prononcer. Il n’y a pas d’opposition ni d’applaudissement naïf. Concernant la parentalité dans un couple avec des personnes du même sexe, il n’y a pas de question pour moi. C’est une évidence. Un enfant a besoin d’autorité, d’amour. Deux adultes responsables, qu’ils soient du même sexe ou pas, sont capables d’élever des enfants.
Vous n’avez pas peur que la Manif pour tous tente de relancer le mouvement ?
Ils ont déjà perdu le combat. Ces gens sont sur une autre planète, dans un autre monde. Je n’en veux pas à ceux qui ont défilé. Les instigateurs de ces protestations, pour moi, veulent se saisir de n’importe quel sujet pour exister. Aujourd’hui, nous sommes dans la norme. Les homos ont été ghettoïsés pendant longtemps, avec tout ce que ça produisait de morbidité. Maintenant, cela n’existe plus. En revanche, eux, sont devenus des identitaires.
 

Laisser un commentaire