Café Marcel, la face hipster de Plumereau

Et si on vous disait qu’il y avait une bonne adresse maintenant pour manger Place Plum’ ? Là, tout de suite, ça vous intéresse !

Image25
Bruits familiers d’une place bondée, Plum’ fait le plein avec le beau temps. De l’extérieur, presque rien ne pourrait différencier le Café Marcel des autres restaurants, pourtant, il faut observer d’un peu plus prêt. Remarquer les petites nappes rouges en papier à motif vichy sur la terrasse, pousser la porte : on y découvre une déco qui pourrait facilement ressembler à celle d’un boui-boui de Brooklyn. L’ardoise, elle, étale sa sélection de burgers maison, ses cocktails un peu différents. Esprit hipster, quand la place Plumereau a plutôt la réputation d’une gastronomie sans surprise, le Café Marcel détonne, casse les codes et les conventions (c’est ça d’être hipster, non ?).
Demain, vous n’irez plus manger au centre de Tours comme avant. La commande vite prise, on se retrouve avec un plat entièrement maison. Le boeuf est frais, travaillé sur place, les frites sont coupées à la main… Rien à dire, tout est de qualité. En guise de boisson, la limonade vintage à la purée de fraise nous fait de l’oeil. Le service est vraiment rapide. Là, on reste dans les standards de la place centrale et les tables qui n’en finissent pas de se remplir lorsque le soleil est au rendez-vous. Outre la déco, l’originalité se niche dans le concept : à toute heure de la journée, le Café Marcel a réponse à tout. Petit-déj’, goûter, apéro, brunch du dimanche… Et en rencontrant le patron, Charles Fourcaulx, on se dit aussi que l’exigence est là. Il parle de chacun des plats et des cocktails avec passion et intelligence, tout est réfléchi. Également patron du Baron, rue des Orfèvres, il a voulu ouvrir un restaurant de sa génération. Comprendre trentenaire pas prise de tête, ouvert sur le monde, qui a du goût. « Un étudiant qui vient brancher son ordi un aprèsmidi, un papa qui vient prendre un goûter avec sa petite fille, ici, on accepte tout le monde. »

Une réflexion sur « Café Marcel, la face hipster de Plumereau »

Laisser un commentaire